Dopage dans le sport - 1930-1934

1930

La découverte des premières hormones synthétiques a exacerbé le problème du dopage dans le sport.

1930

En 1930, le scientifique sportif allemand Carl Krümmel (1895-1942) a publié son 'Handbuch der lebenswichtigen Leibesübungen' dans lequel il déclarait que la diffusion du dopage était fortement sous-estimée.

1930

"L'influence liée à la drogue est-elle possible dans le sport?",

se démandait le professeur Otto Riesser, pharmacologue à l'université de Wroclaw, en 1930 dans la revue spécialisée 'Leibesübungen'. C'était également Riesser qui, en 1933, lors d'un discours à la réunion annuelle de la fédération allemande de natation, rendait les médecins et associations sportives responsable du développement

1930

En 1930, l'utilisation du dopage était si généralement acceptée dans le Tour de France que le cahier de règlements d'Henri Desgrange (1865-1940) indiquait explicitement que les produits dopants ne seraient pas fournis par l'organisation.

1930

L'utilisation du 'Pot Belge' par les cyclistes européens était un exemple d'un croisement entre l'abus récréatives et l'abus d'amélioration de la performance de drogues. 'Pot Belge' est un terme français pour un mélange illégal de dopage, généralement composé de cocaïne, d'héroïne, de caféine, d'amphétamines et d'analgésiques. Une publication française notait qu'on le pourrait également appeler 'mélange fous de personnes', avec lequel il n'était pas clair si cela se référait aux résultats potentiels de l'utilisation, ou plutôt suggérait que 'vous deviez être fou de le prendre'. Le mélange était très populaire auprès des cyclistes professionnels, même si les amateurs ne lâchaient pas.

1931

Il y avait des rumeurs que les skieurs prenaient Coramin et Digifolin et que les skieuses subissaient des traitements hormonaux pour différer leurs menstruations avant des compétitions importantes.

1932

Après leurs victoires aux Jeux Olympiques de 1932 à Los Angeles, des rumeurs circulaient selon lesquelles les nageurs japonais étaient gonflés à l'oxygène.

1932

 

La société pharmaceutique Smith, Kline et French, plus tard connue comme GlaxoSmithKline, a commercialisé le sulfate d'amphétamine aux États-Unis sous le nom de benzédrine, en tant qu'inhalateur bronchodilatateur, avec l'asthme comme principale indication.

1932

Le coureur belge Gaston Rebry (1905-1953) sprintait comme un fou vers la victoire lors de la dix-neuvième étape du Tour de France. Si des bras forts ne l'avaient pas tiré de son vélo, il avait erré dans la mer toute proche. Il se hâta comme s'il avait une forte fièvre et cria qu'il devait se rendre à Paris. Sa femme lui tendit son fils qu'il ne reconnaissait pas, il frappa follement autour de lui, une image choquante. À l'époque, les initiés se sont réalisé que son manager Beckmann était le plus grand 'mixeur' parmi les managers. Rebry est mort à l'âge de 48 ans des conséquences d'une crise cardiaque.

1933

Dans son travail prophétique 'Dopage et substances dopantes', le médecin allemand Otto Rieser (1894-1977) discutait non seulement de la prévalence du dopage mais aussi de la faute des professionnels de santé.

"L'utilisation de moyens artificiels pour améliorer la performance était longtemps considérée comme incompatible avec l'esprit du sport et était donc condamnée. Nous savons cependant tous que cette règle est violée encore et encore, et que les compétitions sportives sont souvent plus une question de dopage que d'entraînement. Il est regrettable que ceux qui sont chargés de superviser le sport semblent manquer d'énergie pour lancer une campagne contre ce fléau et qu'une attitude laxiste et fatale se répand. A cet état de fait les médecins ne sont pas non plus sans reproches, en partie à cause de leur ignorance, en partie parce qu'ils prescrivent des drogues fortes dopantes, qui ne sont pas disponibles sans ordonnance pour les athlètes ."

1933

En 1933, le mot dopage faisait partie de la langue anglaise. Tandis que Rieser et d'autres continuaient à s'opposer au dopage, le Comité International Olympique (CIO) ne s'est mis d'accord qu'en 1967 sur une politique de contrôle du dopage qui devait bannir l'usage de certains médicaments.

1934

Le chimiste suisse-croate Leopold Ružicka (1887-1976) a découvert l'utilisation de stéroïdes à des fins médicales, en particulier pour lutter contre certaines maladies comme le cancer. En 1934, il a démêlé l'effet moléculaire de l'androstérone, l'année après celle de la progestérone et de la testostérone.


rdsm