Dopage dans le sport - 1955-1959

1955

En Italie les premiers contrôles antidopage étaient effectués, mais il fallait attendre les premiers décès avant de faire de changements sérieux.

1955

Après la Seconde Guerre mondiale, le cyclisme jouait un rôle de plus en plus important dans l'utilisation explosive des stimulants. Les courses cyclistes de l'époque étaient décrites comme des 'foyers de dopage'. Après une course en 1955, cinq des 25 échantillons prélevés répondaient positivement aux stimulants.

1955

Pendant la guerre du Vietnam, qui a duré de novembre 1955 à avril 1975, les marines américaines combattaient sous l'influence d'amphétamines et de cannabis.

1955

Pendant le course de 100 km contre-la-montre aux Championnat du monde, tout le quatuor RDA s'est brusquement effondré. Il y avait de grands soupçons qu'ils étaient dopé, mais cela ne pouvait pas être prouvé.

1955

La championne olympique britannique d'heptathlon Mary Peters (1939-) déclarait en 1955:

"Une équipe médicale américaine voulait entamer une enquête approfondie sur les effets des stéroïdes chez les haltérophiles et les lanceurs, mais elle constatait que peu d'entre eux ne les prenaient pas, de sorte que les chercheurs ne pouvaient pas faire de comparaison."

1955

L'utilisation de stéroïdes se répandait très rapidement à d'autres sports. Paul Lowe (1936-), ancien joueur de l'équipe de football américaine San Diego Chargers, déclarait en 1970 devant la 'California Legislative Commission on Drug Abuse':

"Nous devions prendre les stéroïdes dans l'après-midi, un fonctionnaire les placait sur un plateau et nous ordonnait de les prendre. Si nous ne les prenions pas, nous étions condamnés à une amende."

1955

En 1955, lors de l'ascension du Mont Ventoux au Tour de France, Jean Malléjac (1929-2000) s'est brusquement effondré, ce qui était attribué au dopage.

Dix kilomètres avant le sommet, le Français tombait contre le sol et devenait inconscient. Apparence pâle, avec de l'écume sur les lèvres et avec de la sueur mortelle sur le front. Après un quart d'heure de réanimation, Malléjac s'est rétabli, grâce au médecin Pierre Dumas (1920-2000), qui lui avait administré de l'oxygène et une injection de solucamphre. Dans l'ambulance, il insistait sur le fait qu'il était drogué sans le savoir et qu'il entamerait une procédure légale. Malléjac a lutté des heures pour sa vie à l'hôpital, le Breton ne pouvait être sauvé de justesse. Jusqu'à sa mort en septembre 2000 il a continué à nier son propre usage.

1955

Lors de la même ascension du Mont Ventoux, Ferdi Kübler (1919-2016) a balayé la surface de la route. Tout le monde s'attendait à ce qu'il tombera à tout moment, mais le Suisse atteingnait la ligne d'arrivée. Après son arrivée, il a rugi:

"Ce sont des cochons qui nous font ça ... Plus jamais, plus jamais."

Il s'est enfermé dans sa chambre d'hôtel et quand quelqu'un osait frapper à la porte, il hurlait des phrases incohérentes:

"Ferdi va bientôt exploser, Ferdi est chargé de dynamite!"

Pour la première fois dans l'histoire du Tour, les commissaires ont fouillé les chambres des coureurs et des masseurs. Ils avaient une peur bleue quand ils trouvaient un arsenal de drogues interdites: des seringues, des pilules, des bouteilles et des sacs pleins de drogues améliorant la performance.

Après sa carrière, Kübler a avoué avoir utilisé des amphétamines lors de cette étape.

1956

Dans la clinique psychiatrique italienne Montello un cycliste italien était amené, qui était complètement confus après l'utilisation d'amphétamine.

1956

Des accusations sur l'utilisation de la strychnine étaient entendues pendant les Jeux Olympiques de Melbourne.

1956

Le bras faible du lanceur du marteau Hal Conoly (1931-2010) était traité avec des préparations de renforcement musculaire. En trois mois, l'Américain gagnait dix kilos de poids corporel.

1956

L'haltérophile russe Arkady Vorobyov (1924-2012) soulevait aux Jeux Olympiques de 1956 deux fois son propre poids corporel, avec lequel il remportait la médaille d'or et avec lequel il humiliait les grands favoris américains. Vorobyov avait obtenu le diplôme de docteur en sciences médicales à l'Institut aérospatial de Moscou, ce qui explique peut-être pourquoi il était compétent dans l'utilisation de la testostérone.

1956


Après la quatorzième étape du Tour de France, toute l'équipe belge s'est effondrée mystérieusement. Officiellement attribué à manger du 'mauvais poisson', une excuse aussi fréquemment utilisée en 1962 et 1991. Trois victoires remportées par Fred Debruyne (1930-1994) et l'étape de montagne Grenoble-St-Etienne pour le champion du monde Stan Ockers (1920-1956).

1957

Le docteur Herbert Berger (1932-2003), président de la 'New York Medical Society', déclarait lors d'une interview télévisée qu'il fallait tenir compte du fait que de nombreux athlètes utilisaient des amphétamines pour améliorer leur performance. Cette accusation était catégoriquement démentie par le monde du sport, mais au fil des années, Berger avait raison

1957

Un ancien entraîneur de basket-ball du lycée d'Ashland, Ohio déclarait qu'il avait administré pendant des années des comprimés de Dexedrine à ses meilleurs joueurs et que ces pilules étaient utilisées dans de nombreux collèges et lycées américains. L'entraîneur était forcé de démissionner lorsqu'un de ses joueurs a eu une dépression nerveuse.

1957

La Russe Marina Itkina (1932-) pulvérisa en 1957 deux fois le record du monde du 400m et à Berne elle devint championne d'Europe au 200m. Des rumeurs veulent qu'elle soit la première femme à utiliser des stéroïdes anabolisants.

1957

Jacques Anquetil (1934-1987), vainqueur du Tour de France en 1957, 1961, 1962, 1963 et 1964, avouait ouvertement qu'il utilisait des amphétamines et qu'il ne voyait pas pourquoi il ne se pouvait pas préparer comme professionnel. Le Français déclarait qu'il est impossible de terminer le Tour sans aide chimique. Il est plus que probable que les vainqueurs du Tour de 1956, 1958, 1959 et 1960 se soient aussi livrés aux amphétamines.

1958

Une étude réalisé par le médecin du sport et ancien joueur de calcio Gerardo Ottani (1909-1993) a révélé que 27% des joueurs de la compétition italienne de football avalent des amphétamines, 62% utilisent des analeptiques et 68% des anabolisants. En outre, 94% des clubs seraient impliqués.

1958

L'Américain Bill Pearl (1930-), qui est devenu Mister Universe, était l'un des premiers culturistes à expérimenter le nouveau stéroïde anabolisant de la société pharmaceutique Searle. Il faisait un cycle de 12 semaines avec 30 mg de Nilevar, ce qui a augmenté son poids de quinze kilos.

1958

Après sa carrière sportive, le Français Roger Rivière (1936-1976) admettait qu'il avait utilisé des amphétamines et du solucamphre lors de sa tentative réussie de battre le record du monde en 1958.

1959

Des rumeurs veulent que l'utilisation de stéroïdes anabolisants dans les lycées a commencé quand un médecin Texan a administré en 1959 pendant toute la saison du Dianabol à l'équipe de football. La recherche clandestine montrait également que le médecin avait pour cela coopéré avec une société pharmaceutique.

1959

L'association française de l'éducation physique a formé le premier comité antidopage en 1959 et a encouragé l'ISMF à agir sur le plan international.

1959

Le cycliste belge Pierre Becu meurt après le championnat de Belgique pour amateurs. L'autopsie montrait l'utilisation d'amphétamines et d'autres produits interdits.

1959

Ppour sa thèse l'Allemand Jürgen Bliesener, étudiant en sciences du sport à la 'Sporthochschule Köln', a interrogé des anciens et actifs cyclistes avec la question quelle produit ils prennaient. Le résultat était stupéfiant: coramine, cardiazole, strychnine, arsenic, sympatol, pervitine, éphédrine, adrénaline, testostérone et si possible aussi anabolisants, morphine et cocaïne. La réaction de la fédération allemande du cyclisme était que le spécialiste du sport était très bien informé, mais qu'elle ne pouvait rien y faire.

1959

Des rapports des Etats-Unis semblaient que certains utilisateurs s'injectaient avec le contenu des inhalateurs Benzedrine, à la suite de laquelle ces inhalateurs ont été retirés du marché. Les premiers cas d'amphétamines produites illégalement ont également été signalés.

1959

L'Espagnol Andrès Gimeno (1937-) fut le premier joueur de tennis à admettre d'avoir reçu un nombre important d'injections de testostérone. On lui avait injecté just avant le match de DavisCup contre la Grande-Bretagne, l'Espagnol battait son adversaire Billy Knight (1935-) facilement après un match de marathon de 148 minutes et donnait ainsi la victoire finale 3-2 à l'Espagne.

1959

Le médecin américain John Ziegler (1920-1983) avait mis au point le stéroïde anabolisant Methandrostenolone ou Dianabol, qui était commercialisé par Ciba aux États-Unis en 1958. En 1959, il avait inject le produit pour la première fois au champion américain d'haltérophilie Bill March (1937-). Le médicament a été interdit par la Food and Drug Administration (FDA). Plus tard, Ziegler s'est opposé contre l'utilisation:

'C'est déjà difficile de traiter des toxicomanes, mais maintenant des athlètes en bonne santé sont dans la même catégorie. C'est une honte. Qui fait encore du sport pour s'amuser?'

Ziegler avait une maladie cardiaque, qui était attribuée à ses expériences personnelles avec les stéroïdes. Il est mort en 1983 d'une insuffisance cardiaque.

1959

En juillet 1959, juste avant le départ du Tour de France, les douanes françaises ont confisqué des ampoules amphétamines du cycliste luxembourgeois Charly Gaul (1932-2005). Gaul avait déjà été prise au Tour de 1955 et 1958 sur l'utilisation d'amphétamines lors de l'ascension du Mont Ventoux.


rdsm