Histoire de la médecine du sport - 1501-1600

1501

Le français Symphorien Champier (1472-1539), médecin ordinaire du duc de Lorraine Antoine II (1489-1544) et pratiquant à Lyon, a ouvert le chemin vers la kinésithérapie avec ses travaux scientifiques.

1525

Pour décrire l'étude les fonctions corporelles, le médecin français Jean François Fernel (1497-1558) a introduit le terme 'physiologie'. Il était le premier à décrire le canal rachidien. En 1525, il aurait également inventé le premier podomètre. L'appareil avait la forme d'une montre avec quatre cadrans (unités, dizaines, centaines, milliers) tous reliés par un mécanisme d'engrenage. Le patient fixait l'appareil au côté gauche de sa ceinture et le levier correspondant avec une corde au genou droit. Le cordon tirait sur la poignée et l'aiguille inférieure soulèvait une unité à chaque pas. L'aiguille sur le cadran des douzaines avancait un chiffre quand elle passait de neuf à zéro.

1540

Le médecin espagnol Michel Servet (1509-1553) a décrit la circulation pulmonaire.

1543

Le médecin et anatomiste belge André Vésale (1514-1564) publia son 'De Corporis Humani Fabrica Libri Septem', qui aurait une énorme influence sur les études ultérieures.

Le livre décrvait l'anatomie de divers organes et essayait également de donner une brève description de la fonction, à la fois le début de l'anatomie et de la physiologie moderne.

1550

Le médecin français Ambroise Paré (1509-1590), l'un des plus grands chirurgiens de la Renaissance, est considéré comme un esprit novateur qui a profondément modifié un certain nombre de traitements médicaux. Il était le chirurgien des rois français Henry II (1519-1559), François II (1544-1560), Charles IX (1550-1574) et Henry III (1551-1589).


Il a développé de nombreux appareils orthopédiques et il était un fervent défenseur de la kinésithérapie.

1553

En 1553, le médecin espagnol Cristobal Mendez (1500-1562) publie son premier livre 'El Libro del Ejercicio Corporal y Sus Provechos', qui se concentrait exclusivement sur l'activité physique et ses avantages. Dans le livre, les exercices, les jeux et le sport étaient classés, analysés et décrits d'un point de vue médical et des conseils étaient donnés sur la prévention et la récupération des blessures résultant d'activités physiques. Plusieurs chapitres donnaient même des conseils spécifiques aux femmes, aux enfants et aux personnes âgées. Ainsi, Mendez posait:

"Le médecin doit organiser la vie de son patient et organiser les choses soi-disant naturelles telles que manger et boire, les excréments et la mémoire, le sommeil et l'éveil, le mouvement et le repos, et les passions de l'âme et l'altération de l'air."

Il y ajoutait que

"Si nous utilisons des exercices dans les conditions que nous allons décrire, il mérite des éloges comme un médicament béni qui doit être tenu en haute estime."

1555

Le professeur polonais Joseph Struthius (1510-1568), médecin privé de la reine hongroise Isabella Jagiellonica (1519-1559) et du roi polonais Sigismond Augustus (1520-1572), enseigna la médecine à l'université de Padoue. Il était le premier à présenter une image graphique du pouls et il a introduit le concept d'un dispositif qui pourrait mécaniquement enregistrer le pouls. Dans sa monographie de 366 pages intitulée 'Sphygmicae artis iam mille ducentos annos perditae et desideratae Libri V', il décrit ses expériences avec le pouls. L'ouvrage couvrait cinq livres avec les types de pouls, leur diagnostic, leur étiologie et leur valeur pronostique. Après les Grecs, il a introduit la définition du pouls:

"Le pouls est une fonction qui commence au niveau du cœur lorsque les artères sont en mouvement par la diastole et la systole ...."

Il décrivait très précisément la méthode palpable du pouls, mais le plus novateur était qu'il utilisait des objets légers pour observer les mouvements des artères. Il faisait la division entre un pouls simple et un pouls complexe. La description du premier type était basée sur la taille de la systole, la qualité du mouvement, la durée de la rupture, la force du pouls et la qualité de l'artère. Tous ensemble, il distinguait quinze types de pouls simples. Il a également décrit l'influence de la chaleur sur le pouls.

1556

Pour drainer l'eau des mines, on utilisait des personnes pour marcher sur un tapis roulant.

1559

Le médecin français Hiérosme de Monteux de Méribel (1495-1560) a publié 'Commentaire de la santé et de la prolongation de la vie', dans lequel il a promu l'activité physique pour soigner des maladies.

1560

Le médecin allemand Georg Pictorius (1500-1569) publiait 'Hantbüchlein von den sieben Dingen, so die Arzt natürlich Ding benennet' (Manuel des sept choses qu'un médecin appelle naturel) basé sur les écrits médicaux de l'antiquité, mais qui contenait également des conseils récamment dévelopés.

Un autre travail important était 'Das Badenfahrt-Büchlein' de 1560 décrivant la balnéothérapie dans 38 différents bains de santé. Balnéothérapie (dérivé du latin balneum ce qui signifie 'bain') est le traitement des maladies avec la baignade, en particulier dans les spas soi-disant. Bien qu'il soit différent de l'hydrothérapie, il existe des chevauchements. La balnéothérapie peut se faire dans de l'eau chaude ou froide, consiste en un massage dans l'eau en mouvement, en la relaxation ou la stimulation. De nombreux spas sont riches en minéraux, qui peuvent être absorbés par la peau. L'argile médicale est également régulièrement utilisée, la 'fangothérapie' bien connue. Le terme 'Balnéothérapie' est utilisé pour tout traitement spa, y compris l'eau potable et l'utilisation des bains chauds et des hammams naturels, ainsi que l'utilisation de différents types de boue et de sable pour les applications chaudes. La balnéothérapie est recommandée dans un large éventail de maladies, telles que l'arthrite, les maladies de la peau et la fibromyalgie.

1563

Le tableau 'La tour de Babel' de Pieter Breugel l'Ancien (1525-1569) montre un double tapis roulant auquel est attachée une grue.

1569

En 1569, le médecin et physicien italien Hieronymous Mercurialis (1530-1606) publiait son 'Libri Gymnastica arte' où non seulement il donnait un aperçu de l'histoire de l'exercice de l'antiquité, mais dans lequel il allait aussi plus loin sur l'aspect médical de activité physique.

Sans doute la publication la plus complète et la plus mémorable de son genre qui a été réimprimée six fois. En citant des médecins de l'Antiquité et en donnant des conseils utiles, Mercurialis a contesté l'hypothèse erronée selon laquelle une personne en bonne santé n'avait pas besoin d'exercice. Il était également en faveur de la modération lors des compétitions sportives. Il a attiré l'attention sur la valeur de l'exercice physique lié à la santé. Son travail est considéré comme le tout premier livre sur la médecine sportive.
Une de ses citations:

"L'exercice est un mouvement conscient et planifié du corps humain, accompagné d'un essoufflement et effectué pour la santé ou la forme physique ..."

1574

Inspiré par le travail d'André Vésalé (1514-1564), le chirurgien et anatomiste italien Hieronymus Fabricius (1537-1619) suggereait que la force de traction de muscles était située dans les fibres tendineuses. Ce n'est qu'avec l'invention du microscope, en 1660, par l'anatomiste hollandais Anthony Van Leeuwenhoek (1632-1723), que l'on s'est rendu compte que les muscles sont également constitués de fibres.

1580

Le médecin et mathématicien italien Girolamo Cardano (1501-1576) publiait son 'Opus Sanitate tuenda', qui contenait non seulement des documents d'auteurs antérieurs, mais aussi des expériences personnelles, puisqu'il était l'un des rares médecins pratiquant le sport. C'est remarquable qu'il n'ait pas remis en question les idées périmées et les fausses notions du médecin grec Asclépiade (124-40 av. J.-C.). Il déclarait que l'exercice physique était pour les personnes en bonne santé, mais pas pour les malades et les personnes en convalescence.

1581

Le médecin britannique Timothy Bright (1551-1616) exercait une pratique à Ipswich, mais enseignait également à l'Université de Cambridge. En 1581, il publie son premier livre 'Hygieina', dans lequel il souligne l'importance de l'alimentation et de l'hygiène corporelle pour la santé. Il décrvait des produits alimentaires et des boissons, donnait des conseils sur la composition d'un repas et adaptait les régimes saisonniers, mais prétait également l'attention sur les conditions climatiques. Il conseillait de se baigner, de faire des exercices et d'être massé

1587

Li Shizhen (1518-1593), un médecin chinois de la dynastie Ming, a publié onze livres dont 'Binhu Maixue',une étude sur le pouls, avec la description de 27 types différents de pouls.

1590

Un podomètre de 1590, utilisé dans le sud de l'Allemagne.

1595

Un dessin de 1595 d'un massage des reins.


rdsm