Histoire de la médecine du sport - 1851-1855

1851

L'orthopédiste allemand Moritz Michael Eulenburg (1811-1887) a fait un voyage à Stockholm en 1851, où il a étudié le système de Ling. Avec l'aide de Hjalmar-Fredrik Ling Jr. (1820-1886), il a fondé le premier Institut d'orthopédie et de gymnastique à Berlin et il est devenu l'un des promoteurs les plus importants de la gymnastique suédoise en Allemagne. Deux ans plus tard, il a publié 'Die schwedische Heil-Gymnastik. Versuch einer wissenschaftlichen Begründung derselben'.

1852

Un podomètre de 1852 développé par Negretti & Zambra.

1852

Antonius Mathijsen (1805-1878), un chirurgien militaire néerlandais, fut le premier à utiliser le plâtre moulé pour immobiliser des fractures. En tant que chirurgien dans l'armée hollandaise, il a découvert que le plâtre immergée dans l'eau devient dur au séchage et immobilise ainsi les os. En 1852, il publia les résultats de son invention dans la revue médicale néerlandaise 'Repertoire'.

1853

En 1853, le médecin hollandais d'origine allemande Johan Georg Mezger (1838-1909) donna un nouvel élan à la pratique du massage en ajoutant une mobilisation passive et active au traitement des entorses. Diplômé de l'Université de Leiden, il est devenu l'un des premiers physiothérapeutes au monde. Il réussisait immédiatement et il a ainsi acquis une renommée européenne. Il a par exemple travaillé aux cours royales de la Prusse, de la Russie, de la Scandinavie et de Paris. Sa méthode était appliquée en Allemagne, en Suisse et en Autriche et de nombreux collègues sont venus se recycler chez lui. A titre de condition, il exigeait qu'ils devraient avoir un diplôme de médecin et qu'ils devaient rester trois mois. Mezger reçevait ses patients dans les salons de l'Amstelhotel à Amsterdam, mais après son mariage, il a quitté la capitale néerlandaise, pour ouvrir le 'Badpaviljoen' sur la côte du mer du Nord, un centre de thalassothérapie.

1853

Bien que déjà très populaire au XVIIIe siècle, mais toujours réservé à une clientèle mondaine, les bains ont célébré leur apogée au XIXe siècle. Ce siècle est caractérisé par d'énormes investissements dans des thermes, de nouvelles sources étaient constamment recherchées et à un moment donné 210 étaient utilisés. Les médecins thermiques devenaient de plus en plus nombreux et en 1853 ils se sont réunis à Paris en 'Société d'Hydrologie Médicale'. En 1858 une association similaire a suivi dans le Midi. Le cours d'hydrologie était enseigné dans les facultés de médecine de Lille, Bordeaux et Toulouse.

1853

À Paris, le professeur Louis Landouzy (1845-1909) a fondé le département de crénothérapie, un traitement de maladie à l'eau de source. De 1899 à 1911, il a organisé des voyages d'étude pour des centaines de médecins de toutes nationalités possibles. La découverte de l'ionisation, des oligo-éléments, des gaz rares, et de la radioactivité a enrichi la valeur de l'hydrothérapie, à laquelle l'héliothérapie (traitement par le soleil) et la thalasothérapie (traitement avec l'eau de mer) ont été couplées rapidement. Ces techniques se concentraient assez rapidement à amener l'eau thermale le plus près possible de la zone à traiter: douches nasales, inhalations, gargarismes, rinçages de la vessie, irrigation vaginale, perfusions rectales, et bien sûr l'eau potable, et leur utiliser en massage corporel.

1853

Le médecin allemand Hermann von Helmholtz (1821-1894) a apporté une contribution importante au développement de l'électrocardiographe. En 1853, cet inventeur de l'ophtalmoscope décrit les trois principes qui régissent la distribution du courant électrique dans les conducteurs volumiques: le principe de 'réciprocité', le principe de 'superposition' et le principe de 'surface électromotice'. Les physiologistes de l'époque ont accordé peu d'attention à ces principes, mais en 1950 ils ont été appliqués pour la première fois par le cardiologue américain Frank Norman Wilson (1890-1952).

1853

L'influence de l'électricité sur le corps humain devient de plus en plus connue, mais attire aussi beaucoup de charlatans. Après qu'un acteur eut reçu l'autorisation du gouvernement luxembourgeois de faire des performances avec l'aide de l'électricité, le 'Ärztekollegiums' du Luxembourg a écrit une lettre au Ministère demandant que vette autorisation soit retirée immédiatement si l'acteur abusait ses performances pour 'fausses guérisons'.

1853

Après que le professeur allemand de médecine Johann Lukas Schönlein (1793-1864) avait rapporté sur le traitement réussi d'électromagnétique dans les patients avec un accident vasculaire cérébral, la boule a commencé à rouler. Un traitement pour la paralysie et même pour l'impuissance était enfin disponible.

1853

Le médecin berlinois Albert C. Neumann (1803-1876) a également introduit la gymnastique médicale suédoise en Allemagne. Il fut le premier à définir la profession de 'gymnaste' et se consacra à l'émancipation professionnelle des femmes. En 1853, il ouvre la première 'Gymnastikschule für Damen'.

1853

Le physiologiste français Claude Bernard (1813-1878) a découvert la fonction glycogène du foie, suggérant que dans la contraction musculaire, les hydrates de carbone jouent un rôle essentiel dans l'apport d'énergie.

1855

En utilisant des chambres étanches à l'air, le physicien français Gustav-Adolf Hirn (1815-1890) a calculé l'équivalent mécanique de la chaleur. Il examinait le contenu de l'air expiré pour le dioxyde de carbone, l'oxygène et l'azote. Hirn avait installé une roue à eau dans une chambre de calorimétrie, un moteur à l'extérieur de la chambre assurait un mouvement continu et régulier. Le sujet devait escalader l'escalier mobile. En même temps, il était lié à deux gazomètres: l'un via un tube dans le nez pour l'inspiration, l'autre via un tube dans la bouche pour l'expiration. Le sujet devait respirer par le nez et expirer par la bouche. Hirn admettait que ce type de recherche exigeait une certaine intelligence, compétence et bonne volonté de la part du sujet. La quantité de travail produite correspondait au produit du parcours parcouru avec le poids du sujet. Hirn suggérait la possibilité de remplacer le moteur par un frein sur les roues, selon lequel il pourrait immédiatement mesurer le travail du moteur humain. Ce principe de freinage est devenu fondamental dans l'ergométrie moderne. Hirn a acquis beaucoup d'expérience dans l'homme et a démontré dans ses expériences le principe du mathématicien français Sadi Carnot (1796-1832), l'égalité de l'énergie thermique et mécanique. Son livre 'Conséquences philosophiques de la therma de la thermodynamique' de 1868 est considéré comme un très important travail du XIXe siècle.

1855

Le médecin américain William H. Byford (1817-1890) publiait l'article 'On the Physiology of Exercice' dans l''American Journal of Medical Sciences', apparemment l'une des toutes premières contributions sur la physiologie du sport.

1855

Le neurologue et photographe français Guillaume Benjamin Duchenne (1806-1875) publiait en 1855 le livre 'L'électrisation Localissée', dans lequel il décrivait avec une précision extrême le fonctionnement des muscles, détectée par une stimulation électrique localisée. Cela ouvrait un nouveau chapitre dans la physiologie et la pathologie musculaire, et dans le traitement de la paralysie.


rdsm