Histoire de la médecine du sport - 1871-1875

1871

Avec ses études sur la physiologie neurale et musculaire, le physiologiste berlinois Emil Du Bois-Reymond (1818-1896) a jeté les bases de la recherche physiologique sportive.

1871

Le 27 Juin 1871, l'athlète américain William B. Curtis (1837-1900) a breveté un rameur, qui s'est transformé en un immense succès dans les centre de fitness américains, mais avec lequel également des tests d'effort sont effectués dans de nombreux laboratoires américains.

1871

L'interniste allemand Carl von Liebermeister (1833-1901) a développé une chambre dans laquelle une personne pouvait s'asseoir ou s'allonger. La chambre était ventilée, et la production de CO2 était périodiquement déterminée en absorbant de petits échantillons d'air exhalé dans une solution d'hydroxyde de baryum et en titrant cette solution par la suite avec de l'acide oxalique ou de l'acide dicarboxylique. Puis, il dessinait un graphique des changements de la composition de l'air sortant, et, au moyen d'une équation différentielle, qui exprimait la relation entre la ventilation et le temps entre les échantillons et la quantité de CO2 dans l'air sortant, il pouvait calculer la production de CO2. Le nom Liebermeister reste associé à la relation entre la fréquence des pulsations individuelles et la température corporelle pendant la fièvre. La 'règle de Lieber Meister' indique que chez les adultes présentant une tachycardie fibrale, la fréquence du pouls augmente de huit coups par minute avec chaque augmentation de degré Celsius.

1871

L'Américain Austin Flint (1836-1915), professeur de physiologie à l'Université de Buffalo, a effectué la première recherche physiologique sur le célèbre randonneur Edward Payson Weston (1839-1929), en suivant le bilan énergétique de Weston pendant une course de cinq jours à distance de 400 miles. Bien que l'étude ait peu rapporté, il s'est avéré que beaucoup de protéines étaient utilisées. Flint a écrit quelques contributions frappantes sur la physiologie humaine:

  • Effects of Severe and Protracted Muscular Exercises (1871)
  • Text-Book of Human Physiology (1875)
  • Source of Muscular Power (1878)
  • The Physiology of Man (1888)
  • Handbook of Physiology (1905)

1872

Le physiologiste allemand Adolf Fick (1829-1901) présentait à la 'Würzberger Physical and Medical Society' une nouvelle méthode pour déterminer le débit cardiaque. Selon lui, cela pourrait être fait en calculant la consommation d'oxygène du corps et la concentration en oxygène dans le sang artériel et veineux. Il estimait que le débit cardiaque d'une personne devrait être d'environ 5,4 litres par minute. Il a fallu 75 ans avant que ce principe soit appliqué à la recherche humaine. Les lois de diffusion sont nommées après lui.

1873

Le médecin allemand Carl Speck (1828-1916) utilisait deux gazomètres différents pour la mesure d'O2 et de CO2, l'un pour l'air inhalé et l'autre pour l'air expiré. Un pince-nez fermait les narines et la respiration était faite à travers un tube bocale. Il utilisait des valves pour séparer l'air inhalé et expiré. Les changements de poids des cloches des gazomètres étaient compensés par une augmentation ou une dimunition des contrepoids. Un échantillon d'air expiré était analysé pour le CO2 et l'O2.

1873

Le médecin britannique Robert J. Lee a publié l'article 'Exercise and Training: Their Effects Upon Health' dans le 'British Medical Journal' danslequel il soulignait que

"l'exercice est important pour le maintien de la santé et pour la prévention des maladies",

mais également que la connaissance de la physiologie est extrêmement importante pour comprendre le sujet.

1873

Le médecin américain William Hammond (1828-1900) développait son propre dynamomètre, basé sur celui du Français Louis Mathieu (1817-1879), avec lequel les forces étaient également enregistrées graphiquement .

1874

Le médecin belge Théodule Cousot (1822-1888) a fondé les 'Bains de Dinant' ou 'l'institut hydrothérapie Dinant', une installation complète, en rapport avec les derniers développements de la science.

Son fils Georges Cousot (1857-1927) dirige les 'Thermes dinerais' où il succède à son père. Il a ensuite repris l'Institut d'hydrothérapie en appliquant l'électrothérapie, le massage et la gymnastique.

1874

Le docteur américain Andrew Taylor Still (1828-1917) est considéré comme le fondateur de l'ostéopathie. Il fut l'un des fondateurs de l'Université Baker et de l'Americain school of Osteopathy.

1874

En raison du manque de sensibilité du rhéotome, le médecin français Gabriel Lippmann (1845-1921) a inventé 'l'électromètre capillaire'. Le dispositif consistait d'un mince tube de verre avec du mercure au fond et de l'acide sulfurique dilué sur le dessus. Une changement dans la charge électrique modifiait la tension de surface du mercure, provoquant une augmentation et diminution du niveau de mercure dans le tube capillaire. Le ménisque au mercure (= lentille concave-convexe) se déplacait avec les potentiels électriques alternatifs, et était observé au microscope. Lippmann était un scientifique polyvalent, mais il est surtout connu pour ses contributions à l'optique et l'électricité. Il a p.e. étudié la relation entre les phénomènes électriques et capillaires, et sur base de ces recherches, il a construit son propre galvanomètre et un électromètre très sensible, avec lesquels le premiers ECGs étaient réalisés.

Le 'galvanoscope capillaire' de Lippmann montré ici, utilisait le même principe que les dispositifs du physiologiste britannique Auguste Waller (1816-1870) et du médecin néerlandais Willem Einthoven (1860-1927), mais avait une configuration légèrement différente. Une petite goutte de mercure dans le tube capillaire horizontal se déplacait sous l'influence d'un champ électrique provoqué par deux électrodes. L'appareil était fourni avec un plat en verre pour projection.

1874

Louis Alexandre de Saint-Germain (1835-1897), chef du département d'orthopédie à l'Hôpital des Enfants Malades de Paris a créé une salle de gym pour le traitement des déformations de la colonne vertébrale.

Dans son livre 'La Chirurgie orthopédique', il décrit les impressions ressenties lors d'un massage dans un établissement de bains à Paris:

“Supposons que vous alliez vous faire masser dans un de ces établissements si commun en Orient et que la mode, peut-être plus encore que l'hygiène, a fait adopter à Paris. Votre mauvaise fortune vous a-t-elle fait tomber sur un masseur anglais taillé en athlète ou sur un de ces Avernes déclassés, dont la vrai place serait autour de la halle au blé, vous vous sentez pétri, moulu, brisé, et après quelques minutes d'une lutte inégale, engagée par surprise, vous êtes absolument courbaturé. Aussi bien, loin de vouloir goûter cette douce quiétude que le bain turc promet à ses adeptes, vous mettez plusieurs jours à vous remettre d'une fatigue qui ne cédera qu'après des bains prolongés, à des bains anodins, suivant la tradition de nos pères. Heureux encore, si à la suite de ces sérvices, vous ne constatez pas sur quelque point de votre individu un hématome prêt à se transformer bientôt en abcès."

1874

Le neurologue français Joseph-Marie-Alfred Béni-Barde (1834-1919) est considéré comme le 'père de l'hydrothérapie'. Il fut nommé directeur de l'Institut d'hydrothérapie d'Auteuil et il était lauréat de l'Académie de Médecine.

En 1874, il publie 'Traité théorique et pratique d'hydrothérapie', qu'il documentait avec de nombreuses illustrations.


rdsm